Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Guillaume Nicloux : "J'essaie de n'être sûr de rien"

Guillaume Nicloux : "J'essaie de n'être sûr de rien"

Guillaume Nicloux accorde un entretien à Pierre Murat, pour parler de son film Les Confins du monde. Le réalisateur se livre sur l'importance de nourrir son film du danger et de l'imprévu, de laisser les lieux imprégner le film. Il revient sur le personnage incarné par Gaspard Ulliel, sur son impossibilité à choisir son désir et sur la manière dont il amène ses acteurs vers un état de fragilité afin qu'il s'abandonnent et se rendent dans des zones non familières. Guillaume Nicloux dit considérer que les personnages ne meurent jamais mais communiquent d'un film à l'autre, à l'image de ceux incarnés par Gérard Depardieu depuis The End. Le réalisateur insiste sur le droit qu'a le spectateur de se tromper et celui du créateur à dire "je ne sais pas".

Alice Rohrwacher : "Créer une atmosphère à la fois authentique et suspendue dans le temps"

Alice Rohrwacher : "Créer une atmosphère à la fois authentique et suspendue dans le temps"

La réalisatrice Alice Rohrwacher évoque la construction du personnage de Lazzaro et comment l'acteur Adriano Tardiolo en fait un ange plutôt qu'un idiot. Elle revient sur l'écriture de cette histoire qui l'a accompagnée pendant des années après la lecture d'un fait divers dans un journal. Elle dit avoir essayé de raconter, de la façon la plus légère possible, quelque chose de son pays, l'Italie, et des luttes de classes qui excluent les plus démunis.

Milad Alami : "Si le personnage est réaliste, il peut évoluer dans un monde irréel."

Milad Alami : "Si le personnage est réaliste, il peut évoluer dans un monde irréel."

VIDEO |2018, 24'| Déménageur le jour, gendre idéal la nuit, Esmail cherche désespérément un cœur à prendre pour pouvoir rester au Danemark. Pour son premier long-métrage, The Charmer, Milad Alami a opéré un savant mélange des genres, du drame social à la romance, le tout mâtiné d'une dose de thriller. Dans l'écriture, il était guidé par deux idées : la crédibilité du personnage et la surprise. Le réalisateur sous influences, de Bruno Dumont à Park Chan-Wook, revient sur la naissance de son anti-héros, aux prises avec une mission folle dans un Danemark cauchemardesque.

Lire la suite