Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Plan large sur Céline Sciamma

Plan large sur Céline Sciamma

Pour la sortie en VOD de Portrait de la jeune fille en feu, prix du scénario au festival de Cannes 2019, UniversCiné vous propose de parcourir la filmographie de Céline Sciamma. Réalisatrice de quatre longs-métrages, la cinéaste s'est imposée comme une figure majeure du cinéma français avec des portraits de femmes captivants. De la banlieue en maillot de bain une pièce au XVIIIe siècle en costume, la justesse remarquable des scénarios de Céline Sciamma est au service d'un contre-pied permanent contre les clichés et de personnages libres et spontanés. Autant de qualités qu'on peut jusqu'ici appliquer à la carrière de celle qui écrit également pour les autres, notamment le superbe film d'animation Ma vie de Courgette.

Rebecca Zlotowski : "C'est quand j'ai rencontré Zahia Dehar que le projet du film est né."

Rebecca Zlotowski : "C'est quand j'ai rencontré Zahia Dehar que le projet du film est né."

VIDÉO [2019, 31'] Avec ses acteurs, Rebecca Zlotowski revient sur la génèse et le tournage d'Une fille facile, son nouveau film présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes en 2019. Dans ce film envahi par la touffeur de l'été cannois, la jeune Naïma fait la connaisance de sa cousine Sofia, une bimbo plantureuse qui satisfait ses désirs en comblant ceux des hommes riches dont elle croise la route. La réalisatrice de la Belle Épine a surpris des accents rohmériens chez la sulfureuse Zahia, dont la rencontre a lancé le projet d'un film qui rappelle La Collectioneuse. Sous les dehors sensuels et langoureux de la Riviera, le long-métrage contient une violence sociale qui électrise les rapports entre les personnages. Rebecca Zlotowski revient sur la manière dont elle a pensé cette violence et la relation qu'elle a établie avec ses acteurs.

Hubert Charuel : "On parle du paysan comme d'une figure qui n'existe plus."

Hubert Charuel : "On parle du paysan comme d'une figure qui n'existe plus."

VIDEO [2018, 21'] À l'occasion de la sortie de son documentaire Les Vaches n'auront plus de nom, redécouvrez l'interview que Hubert Charuel nous avait accordée en 2018, à propos du film de Christophe Agou, Sans adieu. Les deux succès surprises de l'année 2018 partagent la même volonté de se pencher sur les paysans avec délicatesse et drôlerie, une manière de balayer les clichés sans jamais nier la violence d'un monde qui se meurt dans l'indifférence générale. Le réalisateur de Petit Paysan, auréolé de trois César dont celui du meilleur premier film, insiste ici sur son désir de fiction pour raconter un monde qu'il connait bien puisqu'il est lui-même fils d'éleveurs laitiers. Conscient de l'importance de l'héritage dans le milieu agricole, il est passé au documentaire, sans se départir de son humour, pour raconter la retraite de ses parents et la fin de leur exploitation.

Vif-Argent : le réalisateur et le monteur commentent des scènes coupées

Vif-Argent : le réalisateur et le monteur commentent des scènes coupées

[VIDEOS, 2019] Prix Jean Vigo 2019 et issu de la très excitante sélection de l'ACID Cannes 2019, Vif-Argent raconte l'histoire de Juste, un fantôme parmi les vivants, un passeur d'âme qui cherche à se manifester auprès de son grand amour, Agathe. Ensemble, le réalisateur du film Stéphane Batut et son monteur, François Quiqueré, échangent à propos de scènes coupées au montage. Ces conversations permettent de pénétrer la logique de création de l'une des petites pépites cinématographiques de l'année.

Lire la suite
Stéphane Batut : "L'idée était de jouer avec l'apparition et la disparition du personnage de Juste"

Stéphane Batut : "L'idée était de jouer avec l'apparition et la disparition du personnage de Juste"

[VIDÉO, 2019, 4'] Dans Le Rappel des oiseaux, un documentaire présenté au Cinéma du réel en 2014, Stéphane Batut se penchait déjà sur la question de la mort et de l'au-delà en filmant un rituel funéraire. Dans Vif-Argent, il met en scène Juste, un fantôme qui erre dans les rues de Paris et rencontre Agathe qui le reconnait. Après avoir disparu à ses yeux, Juste tente de se faire voir de nouveau. Stéphane Batut commentent ici trois scènes en nous expliquant comment, par de petits artifices, il est parvenu à faire rentrer le fantastique dans un Paris bien réel et à filmer une disparition.

Lire la suite
Olivier Ducastel et Jacques Martineau : "Ça raconte une espèce de folie, de dévoration, de prédation."

Olivier Ducastel et Jacques Martineau : "Ça raconte une espèce de folie, de dévoration, de prédation."

VIDEO |2019, 16'| Installé dans la cuisine de son appartement, lieu unique du huis clos Haut Perchés, Olivier Ducastel revient avec Jacques Martineau sur le tournage de leur dernier long-métrage. Le temps d'une nuit, quatre homme et une femme se réunissent dans l'appartement du pervers narcissique qui les a meurtris. Chacun à leur tour, ils défilent dans la chambre de leur bourreau. Le duo prolifique se livre sur leur façon de traiter de la violence psychologique, leurs acteurs et l'art de filmer une tarte aux pommes.

Lire la suite
Les acteurs de Haut Perchés : "Naviguer dans un flou total."

Les acteurs de Haut Perchés : "Naviguer dans un flou total."

VIDEO |2019, 13'| Brisés par une relation amoureuse avec un pervers narcissique, quatre hommes et une femme se réunissent dans son appartement. Le temps d'une nuit, ils se confient sur la manière de vivre la rupture et l'après, tout en se rendant auprès leur bourreau, reclus dans sa chambre. Les acteurs du dernier film d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau nous parlent de leur personnage et de leurs fantasmes à propos de cet homme mystérieux qui hante le film comme l'existence de ses amants.

Lire la suite