Navigateur non compatible. Veuillez utiliser un navigateur récent

Milad Alami : "Si le personnage est réaliste, il peut évoluer dans un monde irréel."

Milad Alami : "Si le personnage est réaliste, il peut évoluer dans un monde irréel."

VIDEO |2018, 24'| Déménageur le jour, gendre idéal la nuit, Esmail cherche désespérément un cœur à prendre pour pouvoir rester au Danemark. Pour son premier long-métrage, The Charmer, Milad Alami a opéré un savant mélange des genres, du drame social à la romance, le tout mâtiné d'une dose de thriller. Dans l'écriture, il était guidé par deux idées : la crédibilité du personnage et la surprise. Le réalisateur sous influences, de Bruno Dumont à Park Chan-Wook, revient sur la naissance de son anti-héros, aux prises avec une mission folle dans un Danemark cauchemardesque.

Ardalan Esmaili : "On va à l'encontre de certains clichés."

Ardalan Esmaili : "On va à l'encontre de certains clichés."

VIDEO |2018, 18'| Il aura suffi d'un léger changement dans le script de The Charmer pour qu'Ardalan Esmaili incarne Esmail, le personnage du premier long-métrage de son ami Milad Alami. Les deux suédois, arrivés d'Iran en bas âge, ont mis à profit leur compréhension de deux cultures pour livrer un film d'une grande finesse, éloigné à la fois des clichés et d'un excès de naturalisme. Ardalan Esmaili nous livre la manière dont il a pensé et travaillé son personnage, avec un accent à inverser et quelques scènes de Taxi Driver, entre deux prises.

Nancy Berthier : "Mémoires du sous-développement est un film-évènement"

Nancy Berthier : "Mémoires du sous-développement est un film-évènement"

VIDEO |2018, 28'| Chef d'œuvre du cinéma cubain et mondial, Mémoires du sous-développement de Tomás Gutiérrez Alea plonge dans la psyché d'un intellectuel bourgeois au lendemain de la Révolution cubaine. Sorti en 1968, le film retrace les évènements qui ont suivis la prise du pouvoir par Fidel Castro, à travers un mélange virtuose d'archives et de fiction. Nancy Berthier, universitaire spécialiste du cinéma cubain, évoque la figure de Gutiérrez Alea, ce "révolutionnaire difficile", et replace son film dans l'histoire, celle de Cuba et du cinéma.

Lire la suite
Clément Cogitore : "Comment construire des mondes loin du monde ?"

Clément Cogitore : "Comment construire des mondes loin du monde ?"

VIDEO |2018, 44'| Pour Braguino, Clément Cogitore a opéré un voyage dans le temps et l'espace. Il est parti à la rencontre d'une communauté de vieux croyants orthodoxes, les Braguine, cachée au fin fond de la Sibérie et refusant l'influence du monde moderne. Le réalisateur français y a filmé, à hauteur d'homme et d'enfant, une utopie visionnaire, menacée, paranoïaque, celle de Sacha, le patriarche. Clément Cogitore nous parle de la génèse de son projet et de la manière dont il a envisagé le conflit entre les Braguine et leur voisins, au cœur de son documentaire.

Lire la suite
Denis Walgenwitz : "Liu Jian peut-être fou et c'est une vraie force "

Denis Walgenwitz : "Liu Jian peut-être fou et c'est une vraie force "

VIDEO |2018, 28'| Film à la forme libre et folle, Have a Nice Day rend compte de l'opposition entre tradition et modernité dans la Chine contemporaine. C'est également une prouesse d'animation, Liu Jian étant seul aux manettes, avec des moyens modestes, d'un véritable projet de cinéma. Denis Walgenwitz, ami et collaborateur de l'artiste chinois, nous parle de sa technique si singulière, qui participe d'une vision critique et nostalgique de l'empire du milieu.

Lire la suite
Bonaventure Gacon : "Yann Le Quellec est comme un gamin."

Bonaventure Gacon : "Yann Le Quellec est comme un gamin."

VIDEO |2018, 6'| Bonaventure Gacon est Cornélius, le meunier hurlant. Clown acrobate venu du cirque, il irradie le premier film de Yann le Quellec de sa gestuelle et de son sens du burlesque. L'artiste nous parle de sa rencontre avec le réalisateur et des différents degrés de lecture de cette farce faussement naïve, teinté de politique et de mélancolie, qui, parce qu'elle ne souligne rien, n'en est que plus explicite.

Lire la suite